Les Echos du SE n°35

NKT remporte la plus grande commande de son histoire, un nouveau centre logistique pour DSV et le"plan de survie" de SAS... Le n°35 des Echos du SE est disponible ici !

PNG

ENVIRONNEMENT - ENERGIE

Un accord inédit entre Nature Energy et Shell pour l’achat de biogaz. Le géant énergétique anglo- néerlandais s’engage, à long terme, à acheter une part conséquente (non communiquée) de la production du plus grand producteur danois. Cet accord devrait encourager le développement de projets dans le secteur des gaz verts, comme des usines de production de biogaz à grande échelle. Ce combustible est appelé à jouer un rôle crucial en vue d’atteindre les objectifs ambitieux du Danemark en termes de verdissement de son économie. Nature Energy exploite actuellement dix usines de production de biogaz au Danemark. Source : Berlingske

ENTREPRISES - ECONOMIE SECTORIELLE

NKT remporte la plus grosse commande de son histoire. La société danoise va fournir l’un des trois câbles électriques de connexion nécessaires au projet Südlink, qui permettra de transporter de l’énergie renouvelable entre le nord et le sud de l’Allemagne. Le contrat, de 7,45 Mds DKK (1 Md€), fait de NKT un partenaire important de la transition énergétique du pays. D’une longueur de 750 km, le câble sera également installé par NKT. La pose devrait débuter début 2022 et s’achever en 2026. Source : Finans

JPEG

L’optimisme des entreprises progresse. En juin, la confiance des entreprises a atteint 68,1 (contre 50,1 en mai), d’après le baromètre de conjoncture de l’Institut danois des statistiques. Malgré une progression dans tous les secteurs, ces chiffres restent à un niveau relativement bas, et reflètent, selon nombre d’analystes, surtout une reprise de la demande intérieure (BTP, commerce de détail...), tandis que les exportations sont toujours confrontées à une période difficile, et connaissent un fort ralentissement. Source : Børsen

Une nouvelle analyse de Danske Erhverv indique que parmi ses membres, 64% des entreprises à l’export enregistrent un chiffre d’affaires inférieur à celui de l’année dernière ; et 26% prévoient que leurs exportations seront plus faibles au cours des trois prochains mois (toujours par rapport à l’an dernier). Depuis le début de la crise, ces entreprises ont vu leurs exportations baisser en moyenne de 31%. Source : Finans

Les bonnes performances de Louis Vuitton au Danemark. La maison de couture française observe une hausse continue de ses ventes ces dernières années au Danemark, avec des taux de croissance annuels compris entre 10% et 15%. En 2019, son profit net s’élevait à 56 M DKK (7,5 M€), en croissance de 38%. Elle prévoit toutefois une baisse de son résultat en 2020 de 20%, en raison de la crise. La marque de luxe emploie 25 personnes au Danemark, et possède une boutique à Copenhague, sur Strøget. Source : Finans

Mærsk acquiert KGH Customs Services. Le groupe A.P. Møller-Mærsk a dépensé 2 Mds DKK (268 M€) pour acheter la société suédoise, spécialisée dans la gestion des formalités douanières et le commerce international. Basée à Göteborg, elle emploie 800 personnes et a réalisé 630 M DKK (85 M€) de ventes en 2019. Cette acquisition permet à la compagnie danoise de renforcer sa capacité logistique. Source : Finans

DSV va construire le plus grand centre logistique d’Europe. La société de logistique va dépenser 2 Mds DKK (268 M€) pour la construction de ce centre, entre 2021 et 2026, qui s’étendra sur 700 000 m2. Le projet s’inscrit dans la stratégie du groupe de regrouper en un seul lieu ses activités Air & Sea, Road et Solutions afin d’assurer un fonctionnement plus efficace. Le centre comprendra un bâtiment administratif de 18 000 m2, un terminal de transbordement de 50 000 m2 et des installations logistiques pouvant aller jusqu’à 270 000 m2, à Horsens, un hub stratégique en Europe du Nord. Source : Finans

SECTEUR AERIEN

SAS annonce un « plan de survie ». L’objectif de la compagnie scandinave est de réunir 8,5 Mds DKK (1,1 Mds€) de liquidités. Une partie sera épargnée, tandis que l’autre résultera d’une recapitalisation sur les marchés financiers, qui dépendra de l’accord de la Commission européenne. Le plan est soutenu par les Etats danois et suédois, ainsi que par le troisième actionnaire majeur, la Knut and Alice Wallenberg Foundation. Il devrait permettre aux deux premiers de voir leurs participations augmenter, pour s’élever à 20,05% contre près de 14% aujourd’hui. Source : Finans

Licenciements dans le secteur aérien. Suite à une perte de chiffre d’affaires de 800 M DKK (107 M €), la compagnie charter danoise Jet Time vient de licencier 313 de ses 342 employés au Danemark, soit plus de 90% des effectifs. De même, SAS a licencié près de 1600 employés au Danemark, comme annoncé au mois d’avril. Près de la moitié des suppressions de postes chez SAS concerne le personnel de cabine, mais les licenciements touchent également les pilotes, le personnel au sol, les employés administratifs et les techniciens. A l’aéroport de Billund, 309 employés sur 1058 ont été licenciés fin mai. Source : Finans

CORONAVIRUS

Annonce d’un paquet d’aides d’été pour les indépendants saisonniers et les artistes. Suite à l’annulation de nombreux festivals et autres événements cet été à cause de la crise sanitaire, le Parlement a adopté un nouveau régime d’indemnisation à destination des musiciens, loueurs de tentes et chapiteaux, techniciens de son et lumière et travailleurs indépendants du monde du spectacle. Ces personnes pourront recevoir une compensation financière de 37 000 DKK (5 000 €) jusqu’à la fin août, sous condition que leurs revenus aient baissé de 50% suite à l’annulation de ces événements. Source : Finans

Face aux incertitudes et aux restrictions de voyages, une nouvelle analyse de l’organisation patronale pour le tourisme, Horesta, montre que le tourisme danois pourrait perdre jusqu’à 10 Mds DKK (1,3 Mds€) pendant les mois d’été. Les restrictions d’entrée sur le territoire danois, telles que l’exigence de réserver 6 nuits dans un hôtel, sont très critiquées par l’organisation. Dans des conditions normales, seuls 4% des clients d’hôtels satisfont cette exigence. Cette règle pourrait entraîner une baisse des séjours à l’hôtel de 85 à 90% pour les touristes étrangers par rapport à 2019 et près de 49 000 emplois à temps plein pourraient disparaître pendant les mois d’été. En réaction, les autorités politiques ont indiqué que l’exigence des 6 nuits est abandonnée pour les touristes norvégiens, comme c’était déjà le cas pour les touristes venant des régions frontalières avec l’Allemagne et certaines régions de la Suède. Source : Finans

Clause de non-responsabilité - Le Service Économique s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication.

Dernière modification : 08/07/2020

Haut de page