Le Docteur Jean-Christian DELAY, médecin-psychanalyste, franco-américain-danois, membre de Psykoanalytisk Kreds (Inter-Associatif Européen de Psychanalyse), prononcera le jeudi 22 mai, de 17h à 18h30, une conférence en anglais intitulée : « Science and Psychoanalysis – Revisited ». [da]

Lieu : Palais Thott / Kongens Nytorv 4.

Entrée libre sur inscription (mardi 20 mai au plus tard) : Lena.nebsager@ambafrance-dk.org

L’année dernière, le Dr. Delay a donné une présentation générale du sujet de sa conférence, une perspective à la fois historique et théorique. La science – nouveauté majeure du dernier demi-millénaire – a rendu la psychanalyse à la fois possible et nécessaire. La fonction de la psychanalyse s’oppose à la réduction actuelle de la science à une bonne à tout faire de la technologie, de la maîtrise et de l’esprit pratique. L’accent a été mis sur les façons dont cette situation colore notre approche de la souffrance et de l’échec, illustrées par les médicaments, le « coaching », les thérapies et la psychanalyse.

Cette année, après un bref résumé des idées avancées l’année dernière, Jean-Christian Delay portera son attention sur des considérations de fond, sur les enjeux éthiques qui sous-tendent le titre de la conférence. Engendrée par la science, sans être exclusivement science, la psychanalyse est souvent critiquée pour ne pas être scientifique. Et pourtant, paradoxalement, la psychanalyse est une amie précieuse de la science, particulièrement face au matérialisme et au fondamentalisme. En attirant l’attention sur l’inconscient, la psychanalyse met en perspective le rêve scientifique d’établir une cartographie objective et intégrale de la nature, y compris de la nature humaine. Elle souligne les limites du savoir et le rôle de ces limites dans nos vies. Chaque personne est déterminée par des questions de vérité, ancrées dans un manque de savoir. Les questions au cœur du sujet sont diminuées lorsqu’elles sont uniquement déployées dans le concret, parce qu’elles font aussi parti du langage, les préoccupations qu’un sujet adresse à d’autres sujets. Ce n’est pas une mince affaire, car devenir humain implique un choix entre la mort et la parole.

Dernière modification : 24/02/2009

Haut de page