"L’Europe face à la révolution de l’intelligence" par André-Yves Portnoff - Directeur de l’Observatoire de la révolution de l’intelligence, Groupe Futuribles [da]

Conférence Palais Thott du 3 avril 2006 à 17h00

Résumé :

Voulons-nous jouer une nouvelle version de la chute de l’Empire romain ? Celui-ci avait toutes les connaissances nécessaires pour construire la machine à vapeur et faire la révolution industrielle. Il n’a pas voulu exploiter ces atouts, à cause des facilités offertes par l’esclavage de masse. L’Europe n’est repartie de l’avant que lorsque parmi toutes les valeurs composant sa culture elle a choisi de favoriser celles légitimant la liberté individuelle de pensée et d’action. D’où la progressive construction de nos états de droit et de la démocratie.

C’est de vision et de volonté que nous manquons à présent, comme le soulignent les derniers rapports sur la stratégie de Lisbonne . Les objectifs fixés étaient louables, mais ils n’ont pas été pris au sérieux et nous perdons dramatiquement pied sur les marchés majeurs.

Pourtant nous avons tous les atouts nécessaires à une Renaissance technologique, économique, politique et culturelle. Nous sommes capables d’assurer à nos concitoyens le niveau et la qualité de vie qu’ils méritent, dans le respect de nos identités individuelles et collectives.

Qu’est ce qui crée la valeur ? Des interactions cohérentes entre objets, idées, cultures, personnalités différentes. Cela a toujours été vrai, mais les réseaux numériques rendent ces interactions beaucoup plus faciles, moins coûteuses. L’objectif de toute organisation, qu’il s’agisse d’un groupe de personnes, d’entreprises, de pays, est de construire des synergies pour que 1+1 fasse plus que deux, pour produire plus de valeur avec moins de ressources. C’est aussi la condition d’un développement durable.

Notre longue histoire, l’extraordinaire diversité de nos cultures sont souvent présentées comme des difficultés. Cette diversité peut être le moteur d’une créativité exceptionnelle de l’offre et le stimulant d’une demande réclamant des produits personnalisés, sur mesure, fortement innovants, rendus possibles par les techniques numériques. Nous sommes capables d’inventer et de produire d’avantage sur le sol européen, à la condition de placer notre offre à un niveau très élevé de prestation grâce à beaucoup d’innovation technique mais aussi en matière d’organisation et de management.

Nous devons renforcer nos efforts de formation et de recherche. Mais notre problème le plus urgent est l’innovation, la transformation des idées en produits et procédés commercialisés. Pourquoi Skype, petite société innovante européenne, a dû devenir américaine ? Pourquoi tant de créatifs européens s’exilent ou végètent en Europe ? Parce que notre ambiance n’est pas favorable aux innovateurs et ne leur permet pas de devenir de grandes sociétés comme l’ont fait Microsoft, Dell, Google, eBay. Beaucoup de grands groupes européens n’innovent pas assez, manquent de vision et d’audace. Beaucoup ont renoncé à produire en Europe, non seulement des produits mais aussi des connaissances. L’obsession du profit à court terme empêche de construire l’avenir et conduit au désastre.

Il faut absolument créer des conditions psychologiques, réglementaires et économiques favorables à la croissance rapide des nouvelles entreprises. Pour cela il faut leur réserver un accès indépendant des grands groupes aux marchés publics, qui représentent 16% du PIB de l’UE. Cette mesure qui ne coûtera rien aux contribuables permettra le renouvellement du tissu industriel européen. Elle a prouvé sous le nom de Small Business Act son efficacité aux Etats-Unis depuis un demi-siècle.

Quant aux gouvernements, ils n’ont pas encore construit une politique industrielle et technologique qui donne à nos pays et à l’Europe des objectifs clairs et le poids nécessaire face à un Microsoft ou un Google, comme face à la volonté de la Chine de définir les standards de l’avenir. Qui ne sait pas où il veut aller dépense en vain beaucoup d’énergie et n’arrive nulle part ! Ne faisons pas comme les anciens Romains, ayons la volonté et la vision nécessaires pour choisir et construire notre futur.

PowerPoint - 1.4 Mo
Diaporama Conference
(PowerPoint - 1.4 Mo)

Dernière modification : 24/05/2007

Haut de page