Décès de M. Jean-Pierre Masset [da]

L´ambassade de France au Danemark à Copenhague a la tristesse de vous faire part du décès de M. Jean-Pierre Masset, ancien ambassadeur de France au Danemark de 1998 à 2001, survenu le 21 mars 2010.

Jean-Pierre Masset a laissé sa trace dans le renforcement des liens franco-danois. Avec sa femme Françoise, il a aimé le Danemark, sa langue, sa culture et encore plus les Danois. Ils ont gardé ici de nombreux amis, qui ont eu le plaisir de les revoir, en septembre 2008, pour le centième anniversaire de l’Amicale française. Les amis de Jean-Pierre Masset comme le personnel de l’ambassade qui ont eu l’honneur et la joie de le côtoyer et de travailler avec lui garderont le souvenir de son talent et de sa profonde humanité.

Nous présentons à sa femme Françoise et à sa famille toutes nos condoléances attristées et affectueuses.

Article nécrologique par Maître P.R. Meurs-Gerken, Secrétaire général de la Chambre de Commerce Franco-Danoise.

Traduit du danois}

Ambassadeur Jean-Pierre Masset – Paris.

Le Danemark a perdu un grand ami M. Jean-Pierre Masset, qui a conclu sa passionnante carrière de diplomate comme ambassadeur de France au Danemark de 1998 à 2001. Lorsqu’il est arrivé, ce diplomate de grande valeur ainsi que sa femme Françoise ont souhaité apprendre à connaître le plus rapidement possible ce nouveau pays. Ils ne se sont pas arrêtés là. Ils ont aussi voulu maîtriser notre langue si difficilement prononçable. Très rapidement, elle le parlait couramment, et lui suffisamment bien pour tenir des discours en danois et y prendre plaisir. Il était le d’Artagnan des diplomates, par ses origines et sa maîtrise de l’art de l’escrime. Elégant avec ou sans fleuret, toujours prêt, l’esprit vif et éclairé, il charmait par son sens de l’humour et son regard pétillant et juste. Au sein de la Chambre de Commerce Franco-Danoise, il n’a pas voulu se contenter des honneurs du titre de président, mais tenait à assister aux réunions du Conseil d’administration. Toujours ponctuel, il arrivait bien préparé et plein d’idées. Fortement épaulé par Françoise pour s’occuper de son personnel, il était pour eux une figure paternelle, toujours franc et chaleureux. Chacun pouvait trouver en lui un confident qui réservait une place spéciale pour eux dans son cœur.

Il ne voulait pas s’arrêter avec l’arrivée de la retraite. Il a passé son

barreau à Paris, mais il ne voulait pas perdre le Danemark. Il voulait faire

connaître tout ce que lui et sa femme Françoise ont tant aimé dans ce pays. Il a assumé les fonctions de président de l’Association France-Danemark à Paris, où il a accompli un travail exceptionnel.

Merci Jean-Pierre ! Nos pensées vont à sa chère Françoise. Son souvenir

restera gravé dans nos mémoires.

Article nécrologique par Mme Birte Zeuthen, adjointe au proviseur au Lycée Prins Henrik.

Traduit du danois}

Que la distance entre la France et le Danemark paraisse plus grande que les 1000 km qui les séparent géographiquement, beaucoup de Français ont du découvrir en arrivant ici. Mais cela n’a pas fait peur a Jean-Pierre Masset, ambassadeur de France au Danemark entre 1998 et 2001 et sa femme Françoise, ils ont travaillé sans cesse pour rendre la distance beaucoup moins importante et la compréhension mutuelle beaucoup plus grande.

Tout de suite après leur arrivée en 1998 ils ont fait un effort unique pour apprendre le danois et découvrir la culture danoise.

En tant que professeur de danois de Jean-Pierre Masset, j’ai personnellement vu avec quelle énergie et enthousiasme il a entrepris ce projet ambitieux. Cela a été le cas partout dans le monde où il avait été en mission.

Entre autre en Russie, aux Etats-Unis, en Iran et au Pakistan il était essentiel pour M. et Mme Masset de connaître la culture et parler la langue. Souvent en travaillant des textes danois il me posait la question : « Au fait, savez-vous comment on dit cela en persan ou en urdu ? » Malheureusement j’ai dû le décevoir !

L’ actuel ambassadeur français au Pakistan a écrit en hommage à Jean-Pierre Masset qu’il avait tout de suite décidé d’apprendre la langue du pays en arrivant au Pakistan comme ambassadeur, et qu’il avait très vite obtenu un si bon niveau qu’il a pu faire trois fois des discours à la télévision nationale en urdu le 14 juillet !

De même on a pu voir une interview de M. Jean-Pierre Masset et de sa femme moins d’un an après leur arrivée au Danemark à DK4...en danois.

Lors des occasions officielles il a chaque fois tenu à faire des discours en danois, et M. et Mme Masset avaient beaucoup d’amis ici avec lesquels ils communiquaient en danois. Cela n’avait pas d’importance qui on était, si c’était le plus haut niveau diplomatique ou lors des déjeuners d’été dans le jardin d’un ”camarade de classe” de Studieskolen de Françoise Masset, tous étaient traités avec la même grande gentillesse.

Tous sentaient que M. et Mme Masset étaient sincèrement intéressés par ce qu’on avait à dire.

Comme d’Artagnan et Cyrano de Bergerac il venait de Gascogne, et comme eux il était un excellent escrimeur.

Au Danemark il a continué à pratiquer son sport. Au club Triangle à Noerrebro ! Là aussi il s’est fait des amis et il a été très actif avec eux quand le club avait des problèmes pour pouvoir garder leurs locaux à Noerrebro.

Un Gascon est plein de panache, énergie et joie de vivre a écrit Bo Tao Michaëlis dans une interview avec Jean-Pierre Masset. Tout le contraire d’une certaine conception danoise de l’existence.

Et malgré cela l’ambassadeur dit, que la loi de Jante est un trait de culture sain, qui inclut aussi l’importance d’être modeste et honnête.

Jean-Pierre Masset était un vrai Gascon, aussi français qu’on peut l’être, fier de son pays et de sa langue.

Il était modeste et honnête, il montrait toujours du respect pour les autres en étant correct, ponctuel, bien préparé, toujours ouvert à d’autres manières de regarder les choses.

Au Lycée Prins Henrik nous l’avons connu comme un ami engagé et intéressé à la vie de l’école et au développement des relations multiculturelles canalisées par la culture française et danoise.

Avant qu’il ne quitte le Danemark nous l’avons nommé bachelier ”d’honneur”, et attribué la casquette de bachelier, pas seulement franco-danoise, mais internationale, personne ne l’a méritée plus que lui.

Dernière modification : 16/02/2011

Haut de page