#8 - Brèves économiques du Danemark [da]

#8 - Brèves économiques du Danemark – 16.04.2021

Clause de non-responsabilité - Le Service Économique s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication.

Economie / Relance

Le coût horaire du travail au Danemark est le plus élevé de l’Union européenne.
En 2020, le coût horaire de la main-d’œuvre au Danemark atteignait 45,8 €, contre 44,8 € en 2019 (+2,2%). Il s’agit d’un niveau nettement supérieur à la moyenne de la zone euro (32,3 €), et du plus élevé des pays de l’UE, où la moyenne est de 28,5 €. Les récents chiffres d’Eurostat montrent que c’est le Luxembourg qui occupe la seconde place en termes de coût horaire dans l’UE (42,1 €), et que la Belgique arrive troisième (41,1 €), suivie par la France (37,5 €). À l’inverse, la Bulgarie a le niveau le plus bas (6,5 €/h), suivie par la Roumanie (8,1) et la Hongrie (9,9). Au Danemark, le coût horaire de la main-d’œuvre est surtout élevé dans l’industrie (48,5 €), les services (47 €) et les entreprises commerciales (46,9 €), alors qu’il est plus faible dans le secteur non commercial (43,7 €, hors administration publique) et la construction (41,5 €). Par ailleurs, le Danemark est l’un des pays où la proportion des coûts non salariaux (charges sociales) dans le coût de la main d’œuvre est la plus faible (13,9%), la moyenne de l’UE étant de 24,5%. Cette proportion est la plus élevée en France (32,1%). Eurostat

De nouveaux objectifs « verts » européens dans le secteur de l’énergie pourraient booster les exportations danoises.
Dans quelques mois, les États membres de l’Union européenne se réuniront pour négocier de nouveaux objectifs dans le secteur de l’énergie, en phase avec la cible européenne de réduction des émissions de CO2 de 55% d’ici 2030. Le gouvernement danois souhaiterait que la part des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie européenne soit fixée à 45% pour 2030 (contre 32% actuellement), et que l’efficacité énergétique (réduction de la consommation d’énergie) atteigne 40% (contre 32,5%). Le président de Synergi, organisation danoise pour l’efficacité énergétique fondée en 2018 par Danfoss, Grundfos, Rockwool et Velux, affirme que de tels objectifs pourraient bénéficier aux entreprises danoises, certaines étant en pointe dans les secteurs de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables. Une étude réalisée par EA Energy Analysis pour Synergi révèle, en effet, que l’adoption de ces nouveaux objectifs ambitieux par l’UE pourrait booster les exportations danoises de 100 Mds DKK (13,4 Mds €), et créer 15 000 emplois au Danemark. Berlingske, Børsen

La hausse des prix de l’immobilier devrait continuer en 2021.
Les prix des villas et des appartements de ville ont à nouveau augmenté en mars (+2,3% par rapport à février), pour le dixième mois consécutif, et sont maintenant 12% plus élevés qu’à la même période l’année précédente. De la même manière, les prix des appartements en copropriété et des maisons de vacances ont connu une hausse de respectivement 2,2% et 3,8% : en mars 2021, ces types de logement étaient 13,6 et 18,9% plus coûteux qu’en mars 2020. Danske Bank a récemment revu ses prévisions de croissance des prix de l’immobilier à la hausse : alors qu’elle estimait en janvier que ceux-ci augmenteraient de 4% en 2021, elle prévoit désormais une hausse de 11,5%. Danske Bank explique cette évolution par des taux d’intérêt bas, une faible offre, et la baisse de la consommation privée des Danois. La banque nationale estime, quant à elle, que les prix de l’immobilier augmenteront de 9,7% en 2021. Pour 2022, Danske Bank prévoit une hausse de seulement 2,5%, suite à un ralentissement de la croissance des prix, qui devrait se manifester dès l’automne 2021. Finans, Finans

Emploi / Social

La proportion d’indépendants sur le marché du travail au Danemark est la plus faible des pays de l’Union européenne.
En 1983, le Danemark comptait 329 000 travailleurs indépendants, représentant 12,9% de l’emploi. En 2019, il n’y en avait plus que 192 000, soit seulement 6,6%. Alors qu’il est désormais plus facile d’établir sa propre entreprise au Danemark que dans le passé, Annemarie Østergaard, psychologue spécialisée dans l’entrepreneuriat, explique cette évolution par différents facteurs. Les formes de commerce et les conditions dans le milieu des affaires ont évolué, notamment avec le commerce en ligne, et l’augmentation de la variété de produits disponibles dans les supermarchés. De plus, l’économie danoise et les interactions sociales sont davantage organisées de manière à convenir au mode de vie des employés, comme par exemple avec les services de garde d’enfants. Enfin, selon Kim Klyver, professeur en entrepreneuriat, la baisse du nombre de travailleurs indépendants serait aussi imputable à la hausse du nombre de femmes qui ont, depuis, accédé au marché du travail. Berlingske

Le Danemark régresse dans le classement mondial de l’égalité femmes-hommes.
Le Danemark se place désormais 29ème dans le classement sur l’égalité femmes-hommes du World Economic Forum, alors qu’il était 14ème l’année précédente, et 8ème en 2006 (première édition du classement). À l’inverse, les autres pays nordiques font tous partie du top 5. Dans le rapport, le Danemark est décrit comme l’un des pays développés où l’écart salarial est le plus large (les femmes gagnent, en moyenne, 62% du salaire des hommes), alors que le niveau d’éducation des femmes y est l’un des plus élevés. En outre, le Danemark occupe la 101ème place du classement en ce qui concerne l’attribution de postes de responsabilité à des femmes, tant dans le secteur privé que public. Børsen

Industrie

VKR Holding (Velux) bat tous ses records de vente en 2020, et maintient des objectifs climatiques ambitieux.
Le chiffre d’affaires de VKR Holding, propriétaire de Velux, a augmenté de 5% en 2020, atteignant 22,6 Mds DKK (3 Mds €). Son bénéfice a atteint 3,7 Mds DKK (500 M €), soit une hausse de 20% par rapport à 2019. Le rapport annuel du groupe témoigne également d’une forte ambition climatique : l’objectif est d’être neutre en carbone d’ici 2030, ainsi que de compenser la totalité des émissions de CO2 depuis la fondation de l’entreprise (en 1941) d’ici 2041. Ce projet s’effectuera en collaboration avec le World Wildlife Fund, à travers le reboisement et la conservation de forêts. Børsen

Nouveaux projets et investissements d’Ørsted aux États-Unis et en Europe.
Au quatrième trimestre 2020, la hausse de l’action d’Ørsted a permis au patrimoine financier de l’État d’atteindre un record : celui-ci a augmenté de 107,3 Mds DKK (14,4 Mds €), les parts de l’État dans Ørsted ayant gagné 77 Mds DKK (10,4 Mds €) en valeur. En ce début d’année 2021, le géant de l’énergie a annoncé sa participation à de nouveaux projets significatifs. Ørsted a notamment finalisé une décision d’investissement sur son plus grand projet onshore à ce jour, le Helena Energy Center, qui sera construit dans le sud du Texas. Ce parc devrait atteindre une capacité de 518 MW, avec à la fois de l’énergie éolienne (268 MW) et solaire (250 MW). Il devrait être opérationnel au premier semestre 2022. Ce nouvel investissement va permettre à Ørsted d’accroitre son portefeuille d’actifs à 4 GW dans le sud des États-Unis, en tenant compte de l’éolien, du solaire, et du stockage d’énergie. Les marchés d’Ørsted sont, en plus des États-Unis, le Royaume-Uni, la région Asie-Pacifique (hors Chine continentale), et l’Europe. Dans certains pays européens, dont le Danemark et le Royaume-Uni, le groupe prévoit, par ailleurs, de développer ses activités dans l’hydrogène : au Benelux, Ørsted devrait notamment construire l’une des plus grandes usines d’hydrogène vert au monde. Celle-ci devrait permettre de produire l’équivalent d’un GW d’ici 2030, et fournir de l’hydrogène aux Pays-Bas et à la Belgique (soit 20% de la consommation actuelle de la région). L’usine devrait être connectée à un nouveau parc éolien offshore dans la partie hollandaise de la mer du Nord. Børsen, Finans, Finans

Levée de fonds de 43 M DKK (5,8 M €) par la start-up d’intelligence artificielle danoise Abzu.
Abzu, fondée en 2018, a pour but de développer une nouvelle forme d’intelligence artificielle, dont les résultats seraient explicables et transparents. Aujourd’hui, la start-up possède 17 employés, et mène des projets pilotes avec 4 géants pharmaceutiques. Lors d’un nouveau tour d’investissements initiaux, Abzu a levé 43 M DKK (5,8 M €) auprès de différents fonds (dont Seed Capital). Depuis sa création, la start-up aura ainsi recueilli 65 M DKK (8,7 M €). La prochaine étape de financement pour Abzu se fera par une levée de fonds en série A autour de l’été 2022. Par ailleurs, le CEO d’Abzu, Casper Wilstrup, a affirmé sa volonté de ne pas vendre sa start-up à une société étrangère, et de construire une véritable licorne danoise : l’ambition d’Abzu est de devenir une des plus grandes entreprises d’intelligence artificielle en Europe d’ici cinq ans. Finans, Finans

Everfuel lance la création d’un réseau de stations-service pour les véhicules à hydrogène.
Les deux premières stations-service commerciales à grande échelle au Danemark seront situées à Copenhague, où la première devrait ouvrir cet été. La société danoise prévoit d’investir 1,5 Md € d’ici 2030 dans la production d’hydrogène vert et dans la création d’un réseau européen de stations-service. Rien qu’en Scandinavie, 40 à 50 stations-service à hydrogène devraient être établies d’ici la fin de 2023 (dont 15 au Danemark). Everfuel s’attend à atteindre un chiffre d’affaires de 1 Md € en 2030. Børsen

DFDS ouvre une nouvelle ligne entre Calais et Sheerness, au Royaume-Uni.
Cette initiative fait suite à une augmentation de la demande de capacité de ferries pour le fret non accompagné entre le Royaume-Uni et la France. Le premier départ est prévu pour le 1er juin, après quoi DFDS assurera cette nouvelle liaison une fois par jour, sept jours sur sept. DFDS assure déjà trois lignes à partir de la France : Dunkerque – Douvres, Dieppe – Newhaven, et Calais – Douvres. DFDS est devenue la principale compagnie de transport maritime en Europe du nord après la reprise de Norfolkline à A.P. Møller-Mærsk en 2010 ; à la suite de laquelle la première ligne Calais – Douvres de DFDS a vu le jour en 2011. Suite aux liquidations judiciaires de SeaFrance en 2012, et de la société coopérative et participative (SCOP) des anciens salariés de SeaFrance en 2015, DFDS acquiert également les activités de l’entreprise française dans la Manche (deux navires, qui opéraient entre Calais et Douvres). Børsen

Nouvel investissement pour Mater, entreprise danoise d’ameublement circulaire.
Nordic Alpha Partners vient d’investir des dizaines de millions de couronnes dans Mater, entreprise danoise qui produit des meubles à partir de déchets, dans un principe de soutenabilité et de circularité. Mater travaille notamment avec des entreprises, qui lui fournissent leurs déchets pour construire leurs bureaux : ceux de Novo Nordisk sont, par exemple, produits à partir de bâtonnets d’insuline recyclés. Parmi les clients de Mater, on retrouve également des géants internationaux comme Starbucks, Mercedes, Four Seasons, Amazon, Google… Dans les prochaines années, Mater souhaite continuer à s’étendre dans les pays nordiques, en Allemagne, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Ketil Årdal, CEO de Mater depuis début avril, sera en charge de cette expansion. Il a également annoncé que l’entreprise danoise prévoit de doubler ses effectifs d’ici 2022, et d’investir des dizaines de millions de dollars dans les technologies et l’innovation.Børsen

Dernière modification : 19/04/2021

Haut de page