#52 - Les Echos du Service Economique de l’Ambassade de France à Copenhague [da]

Les Echos du SE N°52 – 04.02.2021
Clause de non-responsabilité - Le Service Économique s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication.

ECONOMIE ET RELANCE

Les conséquences du ‘lockdown’ hivernal sur l’économie danoise sont moins sévères que celles des restrictions du printemps 2020. Cette tendance peut s’observer, entre autres, à travers les données sur la consommation privée, l’emploi et la circulation routière. Alors que fin mars 2020, la consommation privée des Danois était 40% inférieure à celle de fin mars 2019, la consommation a chuté de seulement 15 et 20% au cours des deux premières semaines de 2021 par rapport aux mêmes semaines en 2019. De plus, les chiffres du chômage avaient fortement augmenté au printemps 2020 ; au contraire, l’évolution du chômage en ce début d’année 2021 suit les fluctuations saisonnières. La tendance au niveau de l’emploi est confirmée par les données sur le nombre de publications d’offres d’emploi : alors qu’il y avait 50% de moins d’offres qu’attendu pendant le ‘lockdown’ du printemps sur JobIndex, le nombre de nouvelles offres d’emploi s’écarte à peine de la tendance normale en ce début d’année. Finalement, le nombre de voitures sur les routes a diminué de seulement 30% début 2021 comparé à début 2019, contre une diminution de 50% fin mars 2020. Børsen

La crise du coronavirus a un impact mixte sur l’emploi au Danemark : alors que 32 598 emplois privés ont été perdus lors des dix premiers mois de 2020, plus de 11 600 nouveaux postes de fonctionnaires ont été créés. La hausse de l’emploi en novembre de 3 107 personnes est, elle aussi, marquée par un accroissement de l’emploi public (2 455 emplois créés dans le public contre 649 seulement dans le privé). Une telle orientation n’avait pas été observée depuis la crise financière de 2008. Alors que certains l’expliquent simplement par le personnel supplémentaire nécessaire pour les tests, les soins de santé et l’administration des régimes d’indemnisation, d’autres, comme l’Association danoise des employeurs, s’inquiètent de cette évolution une fois la crise passée. Berlingske

Le gouvernement a conclu un accord au sujet de la compensation des éleveurs de visons, dont le montant maximal sera de 18,8 Mds DKK (2,53 Mds €). Cette enveloppe correspond d’une part à l’indemnisation des éleveurs pour les visons abattus en 2020 (y compris la prime de rapidité à l’abattage) et pour la perte de revenus futurs de 2022 à 2030, et d’autre part à l’indemnisation du reste de la filière et des industries dépendantes de l’élevage de visons. En réaction à l’annonce du montant de cette indemnisation par le gouvernement, différents partis de l’opposition ont dénoncé une compensation démesurée des éleveurs de visons. Le ministère de l’Industrie estime cependant que la dette des éleveurs de visons s’élève à environ 8,5 Mds DKK (1,14 Md €), et qu’une partie importante de cette aide financière sera utilisée pour rembourser les créanciers, dont les banques. Finans, Finans, Børsen

BREXIT

Le Danemark devrait recevoir 1,74 Md DKK (233 M €) en 2021 pour amortir le Brexit, selon une proposition de la Commission européenne. Le Danemark serait ainsi le sixième bénéficiaire du Fonds de réserve (qui s’élève cette année à 4,2 Mds €), derrière l’Irlande, les Pays-Bas, l’Allemagne, la France et la Belgique. 1,1 Md DKK (147 M €) du soutien que le Danemark devrait recevoir sont destinés à compenser les pêcheurs. Finans

TRANSITION VERTE - ENERGIE

Les entreprises danoises maintiennent leurs ambitions vertes malgré la crise. Une étude réalisée en novembre auprès des membres de la Chambre de commerce danoise (Dansk Erhverv) montre que 45% des entreprises avaient financé des investissements verts au cours des trois derniers mois. En même temps, l’Alliance climatique du monde économique (Erhvervslivet Klimalliance), collaboration des organisations professionnelles de l’industrie et de l’énergie (Dansk Industri et Dansk Energi), met en garde contre le risque que les partenariats climatiques perdent leur élan et que la transition verte des entreprises danoises traîne par rapport à d’autres pays du fait de la lenteur des efforts politiques. Cette alliance, composée de 24 entreprises, remettra 10 recommandations pour les décideurs politiques au mois de février. Børsen, Børsen

Cinq entreprises danoises sont dans le classement mondial des 100 entreprises les plus durables. Le classement de la firme canadienne Corporate Knights, qui évalue pour la 17ème année consécutive le degré de durabilité de plus de 8 000 entreprises au chiffre d’affaires supérieur à 1 Md $, inclue les sociétés Ørsted (2ème place), Vestas (21ème), Chr Hansen (24ème), Novozymes (36ème) et Novo Nordisk (98ème). Différents paramètres sont pris en compte dans ce classement, comme l’efficacité énergétique, les émissions de CO₂, la consommation d’eau et la gestion des déchets. Hormis Vestas, qui a progressé dans le classement par rapport à l’année précédente, les entreprises danoises classées ont régressé, Ørsted perdant notamment la 1ère place au profit de Schneider Electric. Finans

44% des appels d’offres publics danois soumis aux règles de l’UE contiennent des éléments de durabilité. C’est le résultat « pas très impressionnant », selon Kenneth Skov Jensen, chef de service chez l’Autorité danoise de la concurrence et des consommateurs (Konkurrence- og Forbrugerstyrelsen), d’un recensement qui a examiné près de 2000 appels d’offres de juillet 2019 à mars 2020. Cette cartographie fait partie de la nouvelle stratégie du gouvernement en matière de marchés publics, qui a été présentée en octobre 2020 et qui prévoit d’utiliser les appels d’offres publics, d’une valeur de 380 Mds DKK (51 Mds €) par an, pour accélérer la transition écologique. Børsen

Six acteurs se sont préqualifiés pour participer à l’appel d’offres pour le parc éolien offshore Thor dans la mer du Nord. Ce parc permettra d’alimenter 800 000 foyers danois en électricité et devrait être opérationnel au plus tard vers la fin de 2027. C’est le premier des trois parcs éolien offshore prévus par le Plan énergie de 2018. Parmi les sociétés et consortiums approuvés par l’Agence de l’Energie figurent le consortium de Total (FR) et Iberdrola (ES). Les autres soumissionnaires sont le géant danois Ørsted ; le suédois Vattenfall ; Thor Wind Farm (détenu par l’allemand RWE) ; une entreprise commune de SSE Renewables (GB) et le consortium Thor OFW (détenu par Copenhagen Infrastructure IV Thor OFW et la société énergétique danoise Andel) ; Swan Wind (un consortium du néerlandais Eneco et du danois European Energy). Le gagnant devrait être annoncé à la fin de 2021. L’Agence danoise de l’Energie, Berlingske

Nouveau partenariat pour accélérer la décarbonation du transport maritime. L’initiative SOFC4 Maritime examinera le potentiel de l’utilisation de piles à combustible à oxyde solide en connexion avec des carburants verts (Power-to-X), tels que l’ammoniac, dans le secteur du transport maritime. Alfa Laval dirigera le projet qui compte en outre Haldor Topsøe, DTU Energy, Svitzer et Mærsk Mc-Kinney Møller Center for Zero Carbon Shipping. Le projet devrait s’étaler sur deux ans et peut être considéré comme un élément essentiel de la conception d’un navire neutre en carbone, selon le directeur d’Alfa Laval au Danemark, Søren Hjort Krarup. Børsen

Dernière modification : 04/02/2021

Haut de page