#5 - Brèves économiques du Danemark [da]

#5 - Brèves économiques du Danemark – 19.03.2021

Clause de non-responsabilité - Le Service Économique s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication.

Economie / Relance

Révision (à la baisse) des prévisions de croissance au Danemark en 2021.
L’économie danoise va croître à un rythme plus lent que prévu en 2021, d’après les nouveaux chiffres de la Banque nationale du Danemark. Alors que celle-ci estimait, en décembre 2020, que la croissance du PIB danois atteindrait 2,9% en 2021, elle prévoit désormais que celle-ci ne devrait être que de 1,4%. C’est la deuxième fois en quelques mois que la Banque nationale revoit ses prévisions de croissance à la baisse. Pour les années à venir, elle estime que la croissance de l’économie danoise atteindra 4,5% en 2022, et 2,2% en 2023. Finans

Le pouvoir d’achat des Danois continue d’augmenter.
En février 2021, le taux d’inflation annuel s’est établi à 0,6% au Danemark (contre 0,9% dans la zone euro), notamment en raison d’une hausse des prix de l’électricité. Cette augmentation du niveau de prix reste cependant modérée : Kristian Skriver, économiste à la Chambre de commerce danoise, estime que l’inflation au Danemark atteindra 1% en 2021. De plus, elle n’a pour le moment pas entraîné de baisse de pouvoir d’achat pour les Danois, les salaires augmentant à un rythme plus élevé (+2,4% en moyenne en 2020). Børsen

Le ministère des Impôts a publié la liste des plus gros contribuables imposables à l’impôt sur les sociétés.
Plus de 87 000 entreprises, fondations et associations danoises ont payé au total 72,4 Mds DKK (9,7 Mds €) d’impôt sur les sociétés (IS) en 2019, un montant historiquement élevé depuis que ces chiffres ont été rendus publics en 2013. Dix entreprises sont à l’origine d’un tiers de ce total (soit 24 Mds DKK – 3,2 Mds €). Dans ce top 10, on retrouve sans surprise Novo Nordisk en première place (avec 8,2 Mds DKK, soit 1,1 Md €), suivie par Ørsted (5,34 Mds DKK – 720 M €) et Lego (3 Mds DKK — 400 M €). Plus surprenant, Agilent, entreprise présente sur le marché des sciences de la vie, du diagnostic et de la chimie appliquée, occupe la 4ème place avec un règlement d’1,6 Md DKK (220 M €). De la même manière, Coloplast arrive 7ème dans ce classement : l’entreprise, spécialisée dans les dispositifs médicaux pour les altérations physiques intimes, a contribué pour 904 M DKK (121,6 M €) d’IS en 2019. Le reste du top 10 est occupé par de grandes banques, comme Nykredit (5ème place), Jyske Bank (6ème) et Nordea (8ème), ainsi que par la société d’assurance danoise Tryg (9ème), et la multinationale pharmaceutique japonaise Takeda Pharma (10ème). Finans

Le Danemark a dépensé « seulement » 3,1 Mds DKK (420 M €) pour l’achat de vaccins, contre 30 Mds DKK (4 Mds €) en paquet d’aides.
En outre, des accords de prêt et de liquidité ont été mis en place pour les entreprises danoises, d’un montant de 600 Mds DKK (80,7 Mds €). D’après le ministère des Finances, les autorités ont également dépensé environ 12 Mds DKK (1,6 Md €) pour le dépistage et l’achat d’équipement de protection. Selon Jakob Kjellberg, professeur et économiste de la santé, ces chiffres démontrent l’importance de l’achat massif de vaccins afin de pouvoir entamer le plus rapidement possible la réouverture de la société. Pour le moment, le Danemark a précommandé 25 millions de vaccins auprès de six fabricants différents, et a conclu un accord d’achat contraignant pour 19,5 millions de doses. Finans

Les exportations danoises sont touchées par le Brexit.
Les exportations de biens et services vers le Royaume-Uni ont chuté de 24% (soit de 6,7 Mds DKK, ou 900 M €) en janvier 2021, par rapport à décembre 2020. Les exportations de biens ont été particulièrement affectées (-30%), celles des services ayant diminué de 11%. Les exportations du Royaume-Uni vers le Danemark ont, elles, baissé de 17%, atteignant 4,6 Mds DKK (620 M €). Bien que cette évolution puisse s’expliquer par le temps d’ajustement des deux pays au Brexit, selon Søren Kristensen de Sydbank, il s’agit davantage d’une preuve que la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne a un effet direct sur les entreprises danoises. Malgré cette baisse des ventes au Royaume-Uni, le Danemark sort du mois janvier 2021 avec une balance commerciale positive : les exportations totales danoises ont augmenté de 1% en janvier 2021, en raison d’une hausse de 3,5% des exportations de biens (celles de services ayant diminué de 3%). Børsen

Transition verte

Ørsted, Aker Carbon Capture et Microsoft joignent leurs forces pour la capture et le stockage de CO2 au Danemark.
Les trois entreprises se réunissent pour une nouvelle collaboration, afin de relever les défis technologiques, réglementaires et commerciaux de la capture de carbone dans les centrales thermiques et électriques fonctionnant à la biomasse. Ce nouveau partenariat explorera également les opportunités de créer des émissions négatives au Danemark (stockage de CO2 ou Power-to-X). Ørsted possède six centrales à la biomasse au Danemark, qui fournissent environ un quart du chauffage urbain du pays. Aker Carbon Capture (du groupe norvégien Aker Solutions) développe des technologies de capture de carbone depuis plus de dix ans. Microsoft participe a plusieurs initiatives dans le monde visant à réduire les émissions de CO2 : entreprise neutre en carbone depuis 2012, elle s’est engagée à être négative en carbone d’ici 2030. Selon le protocole d’accord, les trois entreprises vont notamment explorer la possibilité de développer conjointement un projet d’émissions négatives dans l’une des usines de biomasse d’Ørsted au Danemark, ainsi qu’un autre projet de capture de carbone biogénique (carbone constitutif des végétaux, provenant du processus de photosynthèse). Ørsted

Axcelfuture remet en question la stratégie de capture et de stockage de CO2 (CCS) du gouvernement.
Le think tank économique danois estime que cet élément central du plan climatique du gouvernement risque de constituer un mauvais investissement d’une valeur de 16 Mds DKK (2,1 Mds €). Le problème est lié à la construction des installations CCS sur les centrales de biomasse. Alors que le CCS pourrait être une bonne solution en connexion avec les incinérateurs de déchets, la biomasse est une technologie que beaucoup remettent déjà en cause pour ses effets climatiques, et qui, selon Axcelfuture, risque d’être abandonnée à plus long terme. En 2019, la biomasse solide représentait 61% de l’ensemble des énergies renouvelables utilisées au Danemark. Finans

La taxe carbone fait débat au Danemark.
Alors que le Conseil pour le Climat proposait d’instaurer une taxe carbone de 1 500 DKK (202 €) afin d’atteindre l’objectif de réduction des émissions de 70% d’ici 2030, le Conseil des Sages estime que celle-ci devrait être fixée à au moins 1 200 DKK (161 €). Un telle taxe coûterait environ 4 Mds DKK (540 M €) à la société d’ici 2030, ce qui équivaut à une baisse du PIB de 0,15%. Le gouvernement craint qu’une telle taxe uniforme n’ait d’effet négatif sur les industries exportatrices, notamment l’agriculture et l’agroalimentaire, qui pourraient perdre entre 17 000 et 19 000 emplois d’ici 2030. Si la taxe carbone n’inclut pas le méthane et le protoxyde d’azote (les principaux gaz émis par l’activité agricole), alors elle devrait, selon le Conseil des Sages, être fixée à 3 000 DKK (403 €) ; et le coût pour la société atteindrait 13 Mds DKK (1,75 Md €). Le premier rapport du groupe d’experts sur cette taxe carbone uniforme sera rendu à la fin de l’année 2021. Finans, Berlingske, Børsen

Industrie

Les entreprises danoises sont prêtes à contribuer à la production nationale de vaccins contre le COVID-19.
Suite à l’accord signé par la Première Ministre avec Israël et l’Autriche, Bavarian Nordic, Fujifilm et AJ Vaccines ont déclaré vouloir aider le gouvernement à explorer les possibilités de produire des vaccins contre le COVID-19 au Danemark. Bavarian Nordic, qui a commencé les essais de phase 1 aux Pays-Bas pour son propre vaccin, a annoncé pouvoir participer aux phases de développement, de production et de remplissage des vaccins. Fujifilm, qui produit déjà des vaccins COVID-19 pour l’entreprise américaine Novavax dans ses usines aux États-Unis et au Royaume-Uni, a affirmé réfléchir à adapter la capacité de son usine au Danemark. AJ Vaccines, qui a notamment racheté une usine du Statens Serum Institut (SSI), et produit actuellement des vaccins contre la poliomyélite, la tuberculose et le tétanos, a également approché les autorités danoises pour proposer son aide. Le Ministre de l’Industrie, Simon Kollerup, a récemment dévoilé que le gouvernement était en discussion avec l’industrie des sciences de la vie, et notamment avec la fondation Novo Nordisk, afin d’établir une capacité de production de vaccins au Danemark. Finans, Finans, Berlingske, Berlingske

La filiale Biopharm de Novo Nordisk devrait connaître une forte croissance dans les prochaines années.
Les produits Biopharm du géant pharmaceutique danois comprennent tous les traitements qui ne sont pas liés au diabète ou à l’obésité. Trois médicaments de Biopharm devraient atteindre 1 Md $ de ventes annuelles dans les années à venir. Il s’agit du Somapacitan, une hormone de croissance (autorisée aux États-Unis sous le nom Sogroya), ainsi que du Mim8 et du Concizumab, deux médicaments utilisés pour le traitement de maladies hémorragiques. Après des années 2017 et 2018 difficiles, Biopharm a enregistré une croissance positive au cours des deux dernières années, et joue désormais un rôle clé dans les objectifs stratégiques de Novo Nordisk pour 2025. Finans

Lego a réalisé un chiffre d’affaires record en 2020, en croissance de 13% par rapport à 2019.
Le chiffre d’affaires de Lego a atteint 43,7 Mds DKK (5,9 Mds €) en 2020. Le groupe danois a réalisé un résultat opérationnel de 12,9 Mds DKK (1,73 Md €), en hausse de 19% par rapport à 2019. Ce record s’inscrit dans un contexte de croissance du marché du jeu de 10% en 2020, alors que les ventes directes de Lego ont, elles, augmenté de 21%. Selon Niels B. Christiansen, CEO de Lego, cette évolution est principalement la conséquence des investissements massifs du groupe au cours des dernières années, notamment dans le développement des produits et de la marque, ainsi que dans le digital. La croissance de Lego en Chine a également permis l’ouverture de nombreux magasins (134 en 2020, dont 91 en Chine, et 120 prévus en 2021, dont 80 en Chine). Au total, la crise du coronavirus a eu un effet bénéfique sur les ventes de Lego, bien que le groupe ait souffert de perturbations dans ses chaînes d’approvisionnement.Børsen

Dernière modification : 19/03/2021

Haut de page