#3- Brèves économiques du Danemark

#3 - Brèves économiques du Danemark – 08.03.2021

Clause de non-responsabilité - Le Service Économique s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication.

Secteur financier

Le marché boursier danois est en baisse en 2021.
L’indice boursier danois C25 a baissé de 2,3% depuis le 1er janvier 2021. Seuls des pays tels que le Botswana, la Colombie, le Brésil, le Bahreïn, le Laos, le Portugal et la Nouvelle-Zélande ont enregistré de moins bonnes performances que les actions danoises. À titre comparatif, l’indice allemand DAX 30 a augmenté de 2,5% sur la même période, et le S&P 500 de 3,9%. Selon Simon Bjørn Kristiansen de la banque Nordea, cette évolution s’explique en partie par la très bonne performance de l’indice danois en 2020 (qui a terminé l’année avec une augmentation de 34%, la troisième meilleure au monde), ainsi que par la baisse du cours des actions vertes (les cotes d’Ørsted et de Vestas ayant chuté d’environ 25% depuis le début de l’année). Berlingske

Introduction de Trustpilot à la bourse de Londres.
Trustpilot va mettre en vente de nouvelles actions à la Bourse de Londres, et les actionnaires existants pourront également y vendre les leurs. La société danoise, fondée en 2007, a créé un site internet où les consommateurs peuvent évaluer les produits et/ou les services d’une entreprise. Le siège de Trustpilot, qui emploie 700 personnes, se situe à Copenhague. L’entreprise a connu une forte croissance ces dernières années, et a réalisé un chiffre d’affaires de 626 M DKK (84,2 M €) en 2020. Cependant, le résultat d’exploitation de Trustpilot reste négatif, avec une perte d’environ 75 M DKK (10,1 M €) en 2020 : Peter Holten Mühlmann, CEO et fondateur de Trustpilot, déclare que cette introduction en bourse devrait permettre à sa société de se développer sur de nouveaux marchés. Finans

Le secteur financier danois est loin de son objectif de faire partie des leaders européens de la finance durable.
Le Carbon Disclosure Project (CDP) a mis au point un système de notation – de 1 à 5 – permettant d’attribuer un score de durabilité à 20 000 fonds d’investissement (représentant un total de 16 800 Mds €, soit 32% du total des actifs mondiaux investis dans des fonds). La notation, qui vise à estimer l’impact environnemental des fonds en matière de climat, d’eau et de déforestation, se base sur trois critères : les avoirs du portefeuille et la politique d’investissement du fonds, ainsi que la gouvernance du gestionnaire d’actif en matière d’environnement. 4% seulement des fonds danois obtiennent un score de 5/5, ce qui est conforme à la moyenne européenne, mais loin derrière la France (20%). 49% des fonds danois obtiennent un score de 4/5, ce qui est supérieur à la moyenne européenne, mais inférieur, par exemple, à la Suède (56%). Alors que les fonds européens sont en général en avance par rapport aux fonds américains et asiatiques, aucun des 275 fonds danois analysés ne figure parmi les 20 fonds récompensés par le CDP, lors des Climetrics Fund Awards. Chez ces vingt fonds gagnants, on trouve sept fonds français, quatre britanniques, deux néerlandais, deux belges et deux suédois (dont celui de Nordea). Finans

Industrie

Cowi conclut l’année 2020 avec un résultat opérationnel record.
Malgré la crise du coronavirus, le géant de l’ingénierie Cowi a réalisé le résultat opérationnel le plus élevé de son histoire, avec un taux de marge bénéficiaire de 5% en 2020 (contre 2,5% en 2019). Ce taux de marge record s’inscrit dans un contexte de croissance organique modeste (0,9%), et d’un léger recul du chiffre d’affaires (6,4 Mds DKK en 2020 contre 6,6 Mds DKK en 2019). Lars-Peter Søbye, CEO de Cowi, explique cette évolution par la capacité de ses employés à s’adapter à la nouvelle situation, tout en renforçant le dialogue avec les clients. Cowi n’est pas la seule société d’ingénierie à avoir prospéré en 2020 : les entreprises membres de l’association des ingénieurs-conseils ont enregistré une croissance du nombre d’employés d’1,7% en 2020, par rapport à 2019. Pour 2021, Cowi s’attend à une croissance d’environ 4%. Finans

DSB va réaliser des économies de 500 M DKK (67,2 M €) d’ici 2024.
Ces économies représentent 5,5% des coûts totaux de l’opérateur ferroviaire DSB, et devraient représenter 125 M DKK (16,8 M €) par an. Elles s’inscrivent dans un contexte de réduction du nombre de lignes dans les années à venir. Flemming Jensen, CEO de DSB, souligne que ce plan ne se traduira pas par une grande série de licenciement. Il sera, au contraire, réalisé à travers des achats moins coûteux, une moindre utilisation des services de consultants, et une meilleure planification des heures de travail des conducteurs de train. Ce plan fait suite à celui réalisé entre 2016 et 2020, qui avait déjà permis à DSB de réduire ses coûts de 725 M DKK (97,5 M €). Le nouvel objectif du groupe est d’opérer sans aide financière de l’État à partir de 2030, alors que celles-ci étaient, jusqu’à présent, d’environ 4 Mds DKK (540 M €) par an. Finans

Le coronavirus continue de peser sur les résultats de SAS et de Norwegian.
Malgré plusieurs plans d’austérité, une réduction des coûts variables de 70%, et la suppression de 5 000 postes en 2020, les mauvais résultats se poursuivent pour SAS, qui a réalisé un déficit avant impôt (EBIT) de 1,9 Md SEK (190 M €) au premier trimestre de l’année 2020/21 (de novembre à janvier). Ce résultat est cependant nettement meilleur que celui de son concurrent Norwegian, qui a enregistré un déficit de 16,4 Mds NOK (1,6 Md €) au quatrième trimestre de 2020. Le chiffre d’affaires de SAS a baissé de 76% au premier trimestre 2020/21 par rapport au T1 2019/20, alors que celui de Norwegian a baissé de 93% au T4 2020, par rapport au T4 2019. SAS, Norwegian

Les ventes de l’industrie danoise ont chuté de 25 Mds DKK (3,4 Mds €) en 2020.
Le chiffre d’affaires de l’industrie danoise était de 848 Mds DKK (114 Mds €) en 2020, contre 873 Mds DKK (117,4 Mds €) en 2019. Tore Stramer, économiste en chef à la Chambre de commerce danoise, souligne qu’il s’agit de la première fois depuis la crise financière de 2008 que le chiffre d’affaires annuel de l’industrie danoise a régressé. Parmi les treize secteurs de l’industrie, seulement trois sont parvenus à faire progresser leurs ventes durant cette année de crise : le secteur pharmaceutique (+8,6%), celui du plastique, verre et béton (+2%), et celui de l’agroalimentaire (+1,3%). En revanche, l’évolution la plus critique concerne l’extraction de matières premières (-43%), notamment en raison de la baisse des prix du pétrole et du gaz, suivie par l’industrie chimique (-12,5%) et le secteur des transports (-11%). Niklas Praefke, économiste en chef de la fédération professionnelle des chefs d’entreprise, estime que l’industrie danoise devrait connaître une année 2021 plus positive, en partie grâce au développement de programmes de vaccination dans le monde. D’après les dernières données de Danmark Statistics, la production industrielle a, en effet, déjà augmenté de 2% de décembre 2020 à janvier 2021 (avec un recul de 6,2% pour l’industrie pharmaceutique, et une hausse de 4,8% dans le reste des secteurs), et de 5% sur la période novembre-janvier, par rapport à août-octobre. Børsen, Børsen

La crise du coronavirus a fortement marqué la consommation privée au Danemark, avec des disparités géographiques et sectorielles.
Alors que la consommation privée a fortement diminué dans la région de Copenhague en 2020 (-4%), elle n’a pratiquement pas changé dans les régions du Seeland du Sud et de l’Ouest (entre 0 et -1%). La consommation dans les supermarchés a, elle, augmenté de 11,2% en 2020 au Danemark, alors que celle dans les restaurants a baissé de 17%. Ces tendances sont particulièrement marquées dans la région de Copenhague, où, avant la crise sanitaire, les Danois dépensaient relativement plus au restaurant, et moins pour les courses alimentaires. La vente au détail a augmenté de 9,5% sur l’ensemble du pays (en comptabilisant le commerce en ligne), et la fermeture des commerces a impacté plus largement les régions que Copenhague, où le e-commerce est plus développé. Pour les produits électroniques, les ventes ont augmenté de plus de 60% par rapport à 2019, soit environ 730 DKK (98 €) par adulte. Berlingske

Une filiale du groupe français Eurofins sera chargée de tester les eaux usées à Bornholm.
Le State Serum Institute (SSI) a contacté Eurofins Miljø pour effectuer des tests sur l’île danoise de Bornholm. Pendant 30 jours, les eaux usées de Bornholm seront analysées par Eurofins, à la recherche de traces de coronavirus. Alors que le SSI a longtemps douté de l’efficacité de cette méthode dans la lutte contre le coronavirus, la filiale du groupe français préconisait son utilisation dès août 2020. Cette expérience servira d’essai pour le reste du pays : si les conclusions de l’analyse sont significatives, cette méthode pourrait être ensuite appliquée à d’autres régions (notamment Copenhague). Berlingske

Falck va développer un drone ambulancier, en partenariat avec Kitty Hawk.

Le projet de Falck est de développer le premier drone ambulancier (appelé Vertical), d’ici 2025. Celui-ci permettrait de réduire le temps nécessaire pour porter secours à quelqu’un en situation d’urgence, ainsi que d’opérer les services ambulanciers de manière moins coûteuse et plus écologique. La société danoise s’est associée à l’entreprise technologique Kitty Hawk, basée dans la Silicon Valley, qui a déjà développé et testé un drone avec pilote (Heaviside). Ce prototype devrait être adapté pour les services d’urgence opérés par Falck, d’abord au Danemark, puis dans d’autres pays. Børsen

Transition Verte

Le groupe Bestseller s’engage à réduire l’empreinte carbone de sa chaîne de valeur.
D’ici 2030, le géant danois de la mode Bestseller s’engage à réduire de moitié ses émissions de CO₂, ainsi que de réduire de 30% celles de ses fournisseurs au Bangladesh, en Inde et en Chine. 95% des émissions de Bestseller proviennent, en effet, de ses fournisseurs et de ses clients (scope 3). Avec ces nouveaux objectifs climatiques, Bestseller s’inscrit dans la lignée d’autres entreprises danoises, telles que Lundbeck, Carlsberg, Ørsted, Novo Nordisk et FLSmidth, qui ont également pris des initiatives afin de réduire l’impact climatique de leur chaîne de valeur. Finans

Le Conseil pour le Climat critique le plan d’action climatique du gouvernement.
Le Conseil danois pour le Climat a publié son premier rapport annuel analysant l’action climatique gouvernementale. D’après celui-ci, la politique climatique mise en place par le gouvernement ne permettra pas d’atteindre l’objectif de 70% de réduction des émissions d’ici 2030 (soit une réduction de 20 millions de tonnes de CO₂). Par exemple, le rapport souligne qu’il est très incertain que la stratégie de capture et stockage de CO₂ permette de réduire les émissions de 4 à 9 millions de tonnes, comme annoncé par le gouvernement. Le Conseil avertit ainsi que pour atteindre sa cible, le gouvernement devra mettre en place des plans, des stratégies et des propositions concrètes – l’obligation d’agir étant inscrite dans le Plan Climat adopté l’été dernier au Parlement. Le Ministre du Climat, Dan Jørgensen, a réagi en affirmant qu’au contraire, le gouvernement avait bien illustré comment il entendait réduire les émissions de 70% d’ici 2030, et que ses engagements seront respectés. Børsen, Børsen, Børsen

DFDS naviguera à l’ammoniac vert dès 2026.
À partir de 2026, DFDS achètera de l’ammoniac vert produit par la future usine Power-to-X qui sera construite à Esbjerg. Alors que la société de transport maritime ne sait pas encore quels navires ou lignes seront concernés, plusieurs scénarios sont possibles : les premiers navires pourraient, par exemple, être équipés de moteurs bicarburants. Une autre possibilité concernerait les lignes partant d’Esbjerg vers l’Angleterre, où les grands navires relativement neufs pourraient éventuellement être rétrofités. DFDS pourrait également remplacer l’un des vieux navires de la ligne Amsterdam-Newcastle par un nouveau, alimenté à l’ammoniac. Finans

Dernière modification : 22/03/2021

Haut de page