#18 - Brèves économiques du Danemark [da]

Clause de non-responsabilité - Le Service Économique s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication.

Industrie

Bavarian Nordic reçoit 108M € pour le développement d’un nouveau vaccin contre la COVID-19
Bavarian Nordic, entreprise pharmaceutique danoise fondée en 1994, bénéficiera d’une mesure d’aide de l’Etat danois à hauteur de 800M DKK (108M €) dans le cadre du développement et de la production de son « booster vaccine » [à administrer en troisième dose] contre la COVID-19, dont la phase deux a été initiée le 23 août dernier. La Commission Européenne a en effet approuvé ce plan de soutien en vertu de l’encadrement temporaire des aides d’Etat, qui prévoit exceptionnellement de flexibiliser les règles qui encadrent les mesures d’aides étatiques. L’Etat danois a annoncé vouloir « concentrer ses efforts » sur celui de Bavarian Nordic et renoncer à lancer un appel d’offres pour la production d’autres vaccins dans le pays. Pour Bavarian Nordic, les fonds devraient être débloqués progressivement. 80M DKK (10M €) ont déjà été octroyés au laboratoire danois. Les 720M DKK (98M €) restants sont conditionnés à certains objectifs. Ils serviront notamment à la validation de la troisième phase, visant à confirmer la sécurité et à démontrer l’efficacité du vaccin, et au lancement de la production à grande échelle. Si l’entreprise s’avérait rentable, l’avance octroyée par l’Etat serait remboursée (sous formes de liquidités ou de vaccins) et des retours sur investissements – plafonnés – pourraient lui être reversés. D’ici-là, Bavarian Nordic devra obtenir l’approbation de l’Agence Européenne des Médicaments pour une demande de commercialisation d’ici 2022. European Commission, Finans

Un deuxième vaccin danois contre la COVID-19 sera testé sur les populations en 2022
Le deuxième vaccin danois contre la COVID-19, Covaxix, mis au point par le Statens Serum Institute (SSI) danois, pourra être testé sur les populations en 2022. Le SSI revendique la réactivité de son modèle ainsi que la polyvalence de son vaccin, qui s’avèrerait très efficace contre le variant Delta et mobilisable en cas d’épidémies de grippe. Il est financé par l’État danois à hauteur de 31M DKK (4,1M €) pour la phase une et deux. Toutefois, le financement de la phase trois, durant laquelle le médicament est testé sur plusieurs milliers de personnes, n’est pas en place. Des retards de livraison sont en effet à déplorer en raison de difficultés de production dans les usines américaines, très sollicitées. Bien qu’aucune date de mise en service n’ait été communiquée, ce vaccin sera réservé au marché danois. Ritzau

Mærsk noue un partenariat avec European Energy pour du Méthanol vert
Mærsk, filiale du premier armateur mondial, A.P. Møller-Mærsk, a noué un partenariat avec Reintegrate, une filiale de European Energy, spécialiste danois des énergies renouvelables, pour lui fournir du méthanol vert émettant zéro carbone. Dans la perspective d’une neutralité carbone en 2050, Mærsk a choisi ce carburant pour propulser les huit porte-conteneurs commandés auprès du chantier naval sud-coréen Hyundai Heavy Industries, dont la livraison est prévue en 2024 et le montant fixé à 1.4 Mds €. Ces nouveaux navires, qui peuvent également fonctionner au carburant traditionnel, pourraient réduire l’empreinte carbone de Maersk de 3%. Toutefois, cette stratégie rend les scientifiques perplexes : en plus d’être deux fois plus cher à produire que le carburant traditionnel, le biométhanol est rare et European Energy ne pourra pas fournir suffisamment de carburant pour la future flotte de Mærsk. À court terme, l’armateur serait contraint d’avoir recours à des carburants issus d’un procédé Power-to-Méthanol à base d’énergies fossiles. Son concurrent français CGA-CGM a lui opté pour le gaz naturel liquéfié (GNL). Berlingske, Berlingske, Børsen, Les échos

Le géant danois DSV Panalpina a finalisé l’acquisition de Global Integrated Logistics (GIL)
Le 23 août dernier, le géant danois du transport et de la logistique DSV Panalpina a finalisé l’acquisition de Global Integrated Logistics (GIL) auprès d’Agility Logistics, une entreprise logistique basée au Koweit. Le prix d’achat total s’est élevé à 30Mds DKK (4Mds €), ce qui constitue l’une des plus importantes acquisitions réalisées à ce jour par une entreprise danoise. Avec l’acquisition de GIL, DSV atteindra un chiffre d’affaires de 142Mds DKK (18,9Mds €) et un effectif total de 70 000 employés. DSV renforce ainsi considérablement sa position et devient l’une des trois plus grandes entreprises de transport et de logistique au monde. Elle se positionne aussi comme la troisième plus grande entreprise danoise en termes de chiffre d’affaires, derrière A.P. Moller-Maersk et Novo Nordisk. Børsen

Energie

Le Danemark étend sa collaboration énergétique verte à trois nouveaux pays dont la France
Depuis une dizaine d’années, le Danemark, qui ne représente que 0,1% des émissions mondiales de CO2, a choisi d’entretenir des collaborations en matière d’énergie verte avec seize pays, notamment les États-Unis, la Chine, l’Inde et le Japon. Trois nouveaux pays intensifient leur coopération bilatérale en la matière avec le Danemark : le Kenya, la Pologne et la France. La relation franco-danoise se matérialisera notamment par un « accompagnement des autorités françaises pour développer et réglementer efficacement le marché de l’éolien marin ». De nouveaux partenariats commerciaux franco-danois devraient voir le jour sur le marché de l’énergie renouvelable. En ce qui concerne les autorités danoises, elles partageront leurs expériences historiques sociales et politiques des énergies dites « vertes ». KEFM

Vestas annonce la création d’une plateforme pour les fournisseurs et clients de l’industrie des énergies renouvelables
Vestas, entreprise danoise spécialisée dans les éoliennes dont le chiffre d’affaires dépasse les dix milliards d’euros, a annoncé la mise en place d’une plateforme pour les acteurs industriels du secteur de l’énergie renouvelable d’ici la fin de l’année en Europe. Baptisée Covento, elle remplacera la plateforme actuelle, Shop.Vestas, et abritera un marché secondaire numérique qui répertoriera les produits, les pièces détachées et les services de Vestas et de vendeurs tiers. Vestas voit dans le marché secondaire de l’éolien terrestre et offshore, du solaire, du stockage et du Power-to-X une opportunité de marché « de plusieurs milliards d’euros ». Schneider Electrics, leader mondial des solutions numériques d’énergie, a déjà annoncé sa présence sur la future plateforme. L’objectif de Vestas est de déployer Covento aux Etats-Unis et au Canada d’ici 2022. Windpower, News Cision

Emploi

Un taux d’emploi record au Danemark ravive le spectre d’une surchauffe de l’économie et d’une pénurie de main d’œuvre
Le 20 août dernier, le ministre de l’emploi danois, Peter Hummelgaard (Affaires sociales), annonçait une hausse record des nouvelles embauches en mai et juin 2021, respectivement de 35 000 et de 25 000 (soit cinq mois consécutifs de hausse). En juillet 2021, le chômage s’établissait au plus bas depuis le début de la crise, à 4,3%, en-dessous de son niveau structurel. Devant la crainte de certains spécialistes à l’égard d’une surchauffe de l’économie et d’une pénurie de main d’œuvre, Mr Hummelgaard a insisté sur la nécessaire formation des travailleurs dans le bâtiment et l’industrie. Ce sont deux secteurs qui, avec le commerce, la communication & l’IT et les services aux entreprises, ont concentré 90% des nouvelles embauches privées depuis le mois d’octobre 2020. Selon le ministre, une hausse du niveau de formation faciliterait en effet l’adéquation entre la demande et l’offre de main d’œuvre, détérioriée par l’inactivité de longue durée lié à la crise de la COVID-19, et résorberait une partie du chômage frictionnel. Si la situation n’est pas jugée « inquiétante », le gouvernement a tout de même convoqué les partenaires sociaux et les municipalités (KL) pour des discussions sur les pénuries de main-d’œuvre, qui affaiblissent le potentiel de reprise de l’économie danoise. Mette Frederiksen a pour sa part esquissé un paquet de réformes destiné à augmenter l’offre d’emplois privés à court et long terme. Elle a notamment annoncé une baisse des allocations pour les jeunes diplômés et les a encouragés à « accepter la première proposition d’emploi » qui leur serait faite. Finans, Berlingske, Politiken

Le nombre de fonctionnaires au Danemark dépasse toutes les prévisions
La fin du mois d’août est marquée par le chiffre record du nombre de fonctionnaires au Danemark : ils étaient 862 000 en septembre 2021 selon les annonces du Ministère des finances. Cette nouvelle provoque l’ire des employeurs privés qui estiment que ce sont autant de possibilités d’embauche en moins pour leurs secteurs, qui souffrent d’une pénurie de main d’œuvre caractérisée. Le secteur public contribue largement à la création d’emplois : 44 492 employés publics supplémentaires étaient recensés en juin 2021 par rapport à février 2020. Les fonctionnaires danois représentent désormais 29% de la population active du pays, un chiffre en hausse du fait des embauches réalisées par l’Etat pour faire face au COVID et assurer la campagne de vaccination. Nicolai Wammen, le ministre des finances danois, croit en un déversement naturel de l’ensemble de ces emplois dans d’autres secteurs, notamment l’hôtellerie restauration. Pour rappel, les fonctionnaires français représentent 14,5% de la population active, soit 3,8 millions d’agents titulaires de l’Etat. Børsen

Environnement

Des entreprises danoises et internationales lancent un projet de stockage de CO2 sous la Mer du Nord
Un consortium de 29 entreprises danoises et étrangères lancent le GreenSand Project, qui a l’ambition de récolter le CO2 émis par les plus gros émetteurs danois et de le stocker dans des réservoirs de pétrole et de gaz épuisés sous la mer du Nord. Une fois le système développé et mis en place, il pourra stocker près de huit millions de tonnes de CO2 par an. Pour financer une première version de la solution, le consortium comptera sur un prêt d’Etat de près de 200M DKK (27M €). En plus de cela, les entreprises membres injecteront elles-mêmes 300M DKK (40.5M €). Si le « CO2 Capture Storage » (CSC) est une solution efficace et sécurisée, il ne suffit pas pour atteindre l’objectif danois de 70% de réduction des émissions de CO2 d’ici 2030. Par ailleurs, l’incertitude demeure sur sa rentabilité au regard de l’évolution du prix du carbone et sur l’investissement subséquent de 16Mds DKK (2,13Mds €) sur 20 ans annoncé par l’Etat danois. Enfin, de nombreux projets concurrents analogues sont en cours à l’étranger, à l’image de Northern Lights, financé à 80% (650M €) par l’Etat norvégien. Finans

Deux centres de tri nouvelle génération ouvriront au Danemark d’ici 2022
Les deux plus grands centres de tri électroniques d’Europe seront construits au Danemark en 2022 - l’un dans l’ouest par Hansen Recycling, l’autre dans l’est par Stena Recycling. Fruits d’une initiative qui rassemble 900 producteurs danois menée par une organisation à but non-lucratif, Elretur, ces centres collecteront et répareront 3500 tonnes de produits dits « blancs » (contre 500 actuellement) sur les 39000 tonnes annuelles. Cette initiative verte s’inscrit dans l’évolution des cadres réglementaires européens et nationaux en matière de tri, de gestion des invendus et d’obsolescence programmée, que la communauté d’affaires danoise accueille avec optimisme. Il y a en effet un intérêt non seulement écologique mais économique au tri de produits électroniques. Ces centre permettront de récupérer les puces, métaux précieux et terres rares et de les réintégrer dans un cycle de production. Les produits entiers seront eux renvoyés sur le marché sous garantie. Berlingske, Børsen

Dernière modification : 17/09/2021

Haut de page